Défi piloter un hélicoptère

IMG_8592J’ai toujours eu envie de voler en hélicoptère. Le baptême ne s’est fait que tard quand en Nouvelle-Zélande mon frère et moi avons participé à une randonnée sur le Fox glacier et que nous avons été déposés en hélicoptère. J’ai adoré la sensation et j’ai tout de suite eu envie de prendre le contrôle de ce gros insecte mécanique. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, et un an plus tard, pour mes 30 ans, l’homme m’a offert la fabuleuse opportunité de piloter un hélicoptère.

IMG_8626Ca s’est passé le temps d’une matinée timidement ensoleillée dans le coin de Borehamwood à une heure au nord de Londres. Après un cours théorique, on passe à la pratique. L’hélicoptère est tout petit, il y a juste assez de place pour le pilote et moi. Il prend les commandes pour décoller et éloigner la bête, m’explique quel manche actionne quoi, et très vite me donne une commande, puis deux, puis trois! Oui oui, pendant un bref moment, je suis toute seule aux commandes. Et je peux vous dire que ça se sent, car l’hélicoptère ne se comporte plus de la même manière. On utilise ses deux mains et un pied pour contrôler toutes les directions de l’appareil, avant-arrière, droite-gauche et haut-bas. Pour cette phase qui consiste à survoler un terrain, prendre un virage et revenir, je m’en sors très bien.

IMG_8618Le deuxième exercice consiste à stagner en l’air, à quelques mètres du sol seulement, le but étant de garder l’hélicoptère le plus immobile possible. Ca parait simple dit comme ça, mais c’est beaucoup plus compliqué que de le faire avancer! Pour ce coup-là, je me retrouve aussi en total contrôle, mais pendant moins longtemps, car le moindre faux mouvement de ma part pourrait faire planter l’appareil en un rien de temps. Les trois commandes n’ont pas la même sensibilité et la difficulté consiste à jauger le degré d’inclinaison à donner à chacune. Sensations fortes assurées.

IMG_8631Après ces deux exercices et 20 minutes passées dans l’appareil, il est déjà temps de passer les commandes au suivant. C’est rapide c’est vrai, mais personnellement j’ai tout du même eu l’impression de bien profiter et je me suis régalée.

Pour ceux qui sont intéressés dans la région de Londres, je vous recommande Flying Pig Helicopters.

Premiers essais de light painting

Peindre avec la lumière

IMG_3611Le light painting, aussi appelé light art, c’est cette technique qui consiste à peindre avec un faisceau lumineux et capter le dessin pris dans ce mouvement sur une photo. Une fois qu’on a compris le truc (à savoir, permettre un temps d’exposition assez long pour que l’appareil capte la lumière mais pas trop pour ne pas se retrouver avec un cliché ébloui), on se retrouve à faire moult expérimentations. Attention, ça peut durer toute la nuit. Quant à nous, on a photographié cette série depuis le refuge de Mount Fyffe, qui domine la superbe péninsule de Kaikoura dans l’océan Pacifique, à l’est de l’île sud de la Nouvelle-Zélande. À la base, j’avais envie de m’essayer au light painting pour réaliser une carte d’annif pour les 30 ans d’une amie. Je ne sais pas si elle a réussi à lire son surnom! Plus facile que l’écriture, le battement de cœur, mon préféré. On est quand même resté très basique pour ce premier essai, et j’aimerais beaucoup m’y atteler de nouveau.

Pour s’essayer au light painting, il faut :

– un ou plusieurs faisceaux – pinceaux

– un décor grandeur nature en toile de fond

– un trépied

– un appareil photo avec retardateur (ou une télécommande, ou une bonne âme qui appuie sur le bouton)

– une tenue sombre (voyez comme ma superbe veste bleu ciel est difficilement manquable)

IMG_3590

Premier coup de pinceau

IMG_3592

Faisceau blanc, faisceau rouge, et un fantôme heureux au milieu

IMG_3599

My dear Choca friend…as-tu réussi à lire ton nom?

IMG_3604

Coeur…d’un battement à l’arrêt

IMG_3608

S&S, très graphique

IMG_3612

La flèche pointe là où on habitait à Kaikoura

IMG_3618

Merry Christmas!

IMG_3621

Petite baleine? Non, dauphin obèse

IMG_3625

Et une étoile de plus dans cette nuit noire

.

Voir tous les défis

Sandiscovery taggé au Liebster Award

C’est ce que j’appelle un cadeau en avance, glissé sous mon sapin virtuel par Nath du blog La Terre sur son 31. Elle a sélectionné Sandiscovery pour recevoir le Tag Liebster Award. C’est une attention fort appréciée, une récompense qui met du baume au cœur. Alors un grand merci à Nath, et ci-dessous ma participation pour que cette tradition perdure.

liebster-award-participationLe Tag Liebster Award, c’est quoi?

Il s’agit d’un “prix” décerné à un jeune blogueur par un autre jeune blogueur. La condition est que le blog nommé n’ait pas plus 200 likes sur Facebook et/ou sur le réseau Hellocoton. Ce prix permet ainsi de faire découvrir de nouveaux blogs prometteurs. Les règles sont les suivantes :

  • Écrire 11 choses sur soi
  • Répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nommée
  • Tagger 11 blogs qui comptent moins de 200 abonnés et leur poser 11 questions
  • Mettre le lien vers leurs blogs sur notre article
  • Les informer de leur nomination
  • Informer la personne qui nous a nominée que nous avons accompli notre mission

11 choses sur moi

1/ J’ai grandi 17 ans dans la même maison sur la Côte d’Azur
2/ Pour mon baptême de l’air j’ai sauté deux fois en parachute en l’espace de 2 heures
3/ Je me suis fêlé une phalange en essayant de tuer un moustique (ça en dit long sur mon incompatibilité avec cette espèce)
4/ A l’âge de 6 ans je croyais dur comme fer avoir vu le père-Noël en Autriche (aujourd’hui c’est une autre histoire…lisez plutôt!)
5/ J’ai boycotté le surf pendant 7 ans dans des spots où la vague est reine, et quand j’ai fini par essayer (et adorer) c’était dans une eau à 14° en Angleterre…cherchez l’erreur
6/ Je pratique le yoga Bikram depuis 2006 et j’aimerais un jour devenir instructrice
7/ Parmi plus de 200 portefeuilles volés au marché de Noël de Paris en un soir, le mien a été rendu parce que j’avais une licence de tir à l’intérieur
8/ Lors d’un week-end à Saint Malo, j’ai déjeuné deux fois, le premier resto n’ayant pas ce dont j’avais vraiment envie
9/ J’ai participé à une opération de sauvetage en haute mer après une tempête cyclonique pendant une traversée en voilier dans l’océan Pacifique
10/ Je me verrais bien faire le tour du monde en voilier (et ce depuis l’expérience citée ci-dessus!)
11/ Plus je vieillis et moins je sais où je vais, mais moins je sais et plus je suis exaltée

Les yeux rivés sur Dubrovnik
Les yeux rivés sur Dubrovnik, Croatie

Mes réponses aux 11 questions de Nath

1- Si tu pouvais partir en voyage demain, où irais-tu ?

J’ai passé Noël au Maroc et je repars après-demain pour l’Irlande, donc je suis plutôt bien lotie pour les fêtes, mais si je pouvais claquer des doigts et repartir encore ailleurs juste après, j’irais à Hawaii. Probablement parce que je suis en train de lire le livre éponyme de James Michener qui raconte une histoire fascinante bien que fictionnelle de ces îles paradisiaques.

2- Plutôt couchsurfing ou hôtel avec jacuzzi ?

Définitivement couchsurfing. Si on m’offre un séjour en hôtel jacuzzi je ne dirai pas non (encore que ça dépende où), mais ça ne serait pas mon premier choix. Ceci dit je ne suis une pas une grande habituée du couchsurfing puisque partout où j’ai essayé, j’ai rarement obtenu de réponse.

3- Quelle est ton image du bonheur parfait ?

Le bonheur parfait est un moment, un instant un peu magique où tout colle sans qu’on ait envie ou besoin de l’expliquer. Donc dans certains cas c’est sur une plage lointaine, les pieds palmés et le nez dans le sable. Dans d’autres, c’est sous une couette devant un bon film pendant une tempête de neige. Une chose est sûre, mon bonheur parfait ne peut être sans un sentiment suprême de liberté et d’indépendance.

Mariage à l'indienne...Sari-gole pas!
Mariage à l’indienne : le bonheur parfait, sari-gole pas!

4- Dans quel pays ne voudrais-tu jamais retourner ?

« Jamais » est un bien grand mot auquel j’essaye de n’avoir recours que dans des situations extrêmes. Aucun de mes voyages n’a provoqué de telle situation. Mais je dois bien avouer que si les paysages bucoliques de la Croatie m’ont bluffé, sa population m’a laissé de marbre, à l’exception de la ville de Sibenik. Pourtant j’y retournerais si l’occasion se présentait, parce que je n’ai pas eu l’occasion de voir l’intérieur des terres, et je suis persuadée que les rencontres y seraient très différentes.

5- Une bonne résolution pour 2014 ?

Prioriser mes projets! Je fais toujours 1000 brouillons d’idées, que ce soit des voyages à entreprendre ou des choses à faire. Et tout ça s’entrechoque parfois dans l’entonnoir de la sélection. 2014 ne déroge pas à la règle, mais pour ma défense je laisse aussi tellement de place à l’improvisation que certains projets peuvent se vouloir, pas se prévoir!

6- Quelle recette de cuisine du monde aimes-tu préparer ?

Euh je ne suis pas vraiment une grande cuisinière…mais je me débrouille plutôt bien en plats asiatiques, comme le bœuf aux champignons et brocoli à la sauce d’huître. Sinon je me situe plus dans le camp des dégustateurs professionnels. Dans cette catégorie j’opterais pour un poulet seffa marocain ou byriani indien.

7- Pour toi, bloguer, ça rime avec…

Chronophage et partage se battent pour la première place. Tenir un blog et être régulière prend un temps fou, surtout quand on est perfectionniste quant au look de son blog et de ses articles. C’est parfois un rythme difficile à tenir. Et puis il y a le partage, puisque le blog est un lieu d’échange et une plateforme de communication ouverte sur nos passions et un morceau de notre univers.

8- Voyager c’est génial à part… quoi ?

Pour moi le revers de la médaille, c’est l’aspect social. Au-delà de voyager, je vis une vie d’expatriée nomade et du coup je laisse toute attache derrière moi à chaque fois. Alors bien sûr on rencontre des gens formidables partout, mais on voit peu sa famille, et des amitiés de longue date s’étiolent, ce qui n’est jamais agréable à constater. C’est normal, et c’est la (parfois lourde) conséquence d’un choix à assumer, mais ça ne le rend pas plus facile pour autant.

Avec ma sis' aux chutes d'Iguazu, Brésil
Avec ma sis’ aux chutes d’Iguaçu, Brésil

9- Quel pays me conseillerais-tu pour mon prochain voyage ?

La Nouvelle-Zélande. Oui c’est touristique (de plus en plus), oui c’est loin, mais c’est le condensé le plus extraordinaire de paysages variés. Plages, montagnes, volcans, forêts, villes cosmopolites et villages reculés…la Nouvelle-Zélande a tout et bien plus encore.

10- Tu ne pourrais pas vivre sans…

BUT. Ça parait évident, mais j’ai rencontré beaucoup de gens qui vivent leur vie sans. Moi je ne peux pas. Je dois être motivée, déterminée, passionnée, portée par un ou plusieurs  projets, sinon je ne suis que l’ombre de moi-même. Et je m’ennuie vite, j’ai constamment besoin de renouveler mes motivations (d’où la vie d’expat pas très stable géographiquement).

11- Quel est le plus gros problème que tu aies rencontré avec ton blog ?

La visibilité. Trouver son lectorat prend du temps et demande beaucoup d’efforts de community management! Tous les gens qui aiment partager leurs expériences et leurs écrits ne sont pas automatiquement doués pour ça. La preuve, j’ai fait une école de communication et il m’arrive même d’intervenir comme formatrice, mais ma spécialité à moi c’est le contact humain, et cette communication virtuelle m’échappe parfois. Mais je compte persister, ne serait-ce que par curiosité, et parce que j’aime apprendre.

Trek au Cap Farewell, Nouvelle-Zélande
Trek au Cap Farewell, Nouvelle-Zélande

Les 11 blogs qui gagnent à être connus

Partons en vadrouille : Les pérégrinations d’Astrid et Mélissa. Un duo pour le moins original, puisqu’il s’agit d’une mère et sa fille!

Un dimanche à : Découvrir à quoi ressemblent les dimanches de nos concitoyens du monde, c’est le projet malin de Chloé et Nicolas, qui prévoient de nous ramener un webdocumentaire intelligent et interactif

Honeymoon on a budget : voyager à deux, de plus en plus de couples s’y essayent. Virginie et Frédéric délivrent leurs bons plans et conseils pour minimiser les coûts

Veni Vidi Voyage : Après voir vécu en Inde, Joana est maintenant aux Etats-Unis. Elle raconte ses escapades, sa vie de bloggeuse, et interroge d’autres voyageurs sur leurs expériences

La boucle voyageuse : Julie nous ramène des récits d’Europe, mais pas que! Sur son blog on peut aussi redécouvrir nos belles régions françaises

Ici Laos Cambodge : Le blog de Rattana regorge d’articles ciblés, une adresse incontournable si l’on prépare un voyage dans un de ces deux pays

Passeport pour le monde : Pour découvrir des destinations peu communes comme la Mongolie ou Vanuatu, et puis pour parler trek et plongée

I love travelling : des bonnes adresses pour vos envies d’escapades un peu high class, et la Suisse à toutes les sauces

Détour local : le blog d’un voyage au long cours, avec une chouette variété  de destinations et d’articles malins

One Chaï : Les récits, les photos, tout sur le blog de Laurent respire l’authentique. Un vrai voyage virtuel qui invite au départ réel

Oui In France : C’est le moment ou jamais de pratiquer son anglais avec Diane, qui raconte ses pérégrinations au pays du camembert dégoulinant. Time to brush up on your English! Follow Diane’s stories in France. Mention spéciale pour son post « How to look French »

Les 11 questions que je pose aux 11 nominés

1/ Ton expérience de voyage la plus insolite ?

2/ Un geste rituel ?

3/ Un article dont tu es particulièrement content(e) sur ton blog ?

4/ Ton expérience de blogging en trois mots ?

5/ Plutôt ville ou plutôt campagne ?

6/ Quelle est l’activité extrême qui te fait rêver ?

7/ Une galère de voyage ?

8/ Le pays où tu te verrais bien vivre quelques temps ?

9/ Si tu étais un moyen de transport, tu serais…?

10/ Une devise qui reflète ta manière de voyager ?

11/ Pour ou contre voyager seul(e) et pourquoi ?

________________

Diane, don’t hesitate to contact me if you’d like me to send you the questions in English ;) Et pour les autres? A vos claviers!

Top 5 des cadeaux pour voyageur

De nos jours, tout le monde a dans sa famille et ou ses proches un baroudeur, une globe-trotteuse, un voyageur plus ou moins irréductible qui ne parle que d’aventures et de nouveaux périples. Cette race d’explorateurs auto-proclamée (dont je ne me cache pas de faire partie) est parfois difficile à contenter. À les écouter, seule une participation à leur prochain billet d’avion leur fera plaisir et surtout, « rien de matériel par pitié, je n’en ai pas besoin et ne saurais pas où le mettre ». Vous avez déjà feinté avec le protège-passeport, le porte-étiquette de valise et l’adaptateur électrique multi-pays? Voici une petite liste qui pourrait en bluffer quelques-uns.

map1/ Une carte du monde à gratter. Rares sont les voyageurs qui n’aiment pas contempler le chemin parcouru. Ce n’est pas nécessairement par fierté, c’est même souvent par humilité. « mon Dieu tout ce qu’il me reste à voir! » me vient plus naturellement à l’esprit que « wow tout ce que j’ai fait ». Ça fait 3 fois qu’on me l’offre, maintenant je les gratte par thèmes.

IMG_84132/ Un carnet étanche. Petit, en tous points similaire à un Moleskin, sauf que ses pages en papier plastifié résistent à l’eau. Non seulement vous pourrez tenir un carnet de voyage en pleine mousson, mais surtout vous ne perdez pas vos écrits si votre sac prend l’eau (ou si vous renversez une tasse sur la page)

MissLele3/ Un ukulélé. Facile à apprendre seul, ultra léger et du même coup très facile à transporter, cette petite guitare à quatre cordes peut devenir votre meilleure amie. C’est créatif, ça détend, et c’est social. « Ouais joue quelque chose! Non mais je viens juste de commencer… »

sac4/ Un petit sac repliable. Léger, solide, compact…replié, il fait la taille de mon poing et peut s’accrocher à un porte-clé ou un mousqueton grâce a sa boucle intégrée. Déplié, il a tout du sac plastique (taille, anses) en plus écolo et beaucoup plus solide. En voyage, il me sert tout le temps!

huiles5/ Un roll-on aux huiles essentielles. Il prend la place d’un stylo et fait des miracles sur les tempes, dans l’avion, le train, le bus, ou toute autre situation dans laquelle on cherche à se détendre. Autre très bon point du roll-on, il sent bon. Et comme on l’applique près du nez, il prend le dessus sur les éventuelles mauvaises odeurs environnantes (comme dans un dortoir par exemple…)

[divider_flat]

Bonus « pour le plaisir »

Loin d’être indispensables, ces petits plus pourraient combler les coquet(te)s
Pour elle : un mini-lisseur. Si comme moi vous avez les cheveux épais et vaguement ondulés, vous ne POUVEZ pas avoir de frange sans la lisser (du coup je n’ai plus de frange…à bon entendeur! :)
Pour lui : une tondeuse. Pour l’entretien de ses poils de mâle, ça lui évite de passer par la case coiffeur (bien que le barbier soit dans de nombreux pays une expérience culturelle à ne pas manquer, messieurs!)

                                                            

PS: famille, amis, exception faite du bonus « pour elle », ceci n’est pas ma liste au père-Noël, les photos de cet article étant toutes tirées de ma collection personnelle. Mais si vous voulez m’offrir une quatrième carte à gratter, je pourrai enfin renseigner les pays dans lesquels j’ai mangé des petits pois!

Défi conduire à gauche

Pour comprendre ce défi, il faut savoir que je conduis déjà très peu à droite ! Peut-être l’équivalent de 5 semaines en 10 ans de permis. Alors forcément quand en plus il s’agit de prendre le volant du « mauvais côté »!…Ceci étant dit je ne fais pas dans la demie-mesure. Quand j’ai pris le volant c’était pour 1/ emmener mon amoureux sur la route des vins et des châteaux de la Loire (sympa la meuf), 2/ éviter des nids de poules gigantesques sur les routes du sud marocain, ou encore 3/ tester l’adhésion des pneus sur la glace des Hautes Laurentides au Québec. Vous voyez, la conduite pour moi c’est comme la plongée pour d’autres, en rentrant je plante une petite épingle sur ma carte du monde! Et pourtant, j’ai été l’heureuse propriétaire d’une R5 surnommée WA. La pauvre, elle aura passé bien plus de temps en garage mort qu’avec moi!
Mais revenons à nos moutons (ha, je ne crois pas si bien dire!) Le défi complet c’est : conduire à gauche, sur une voiture automatique (alors que je n’ai eu affaire qu’à que des manuelles évidemment).

PS 1 : n’hésitez pas à vous moquer, clairement la vidéo est là pour ça…moi perso quand j’ai le cafard je la regarde vite fait bien fait, tant de ridicule me détend!

PS 2 : je n’ai absolument rien contre les asiatiques…ah la la qu’est-ce que le volant ne nous fait pas dire!

Avril 2013

Durée : 1 min 20 sec.

Voir tous les défis