Bien s’occuper de ses pieds, un must en randonnée

Avant toute chose, il vous faut une bonne paire de chaussures. Pour avoir fait beaucoup de marches en Puma Mostro, je ne peux que vous recommander de ne pas faire la même erreur. Avec une bonne paire de chaussures et un peu de talc, vous éviterez la plupart des tracas que nous évoquons plus bas. Sur votre voiture, vous entretenez les pneus? Et ben là c’est pareil. Les pieds, il faut s’en occuper.

Un conseil pour les chaussures de marche : il faut que la cheville soit bien tenue, que la languette ne fasse pas de pli et soit bien fixée. Cela permet d’éviter que le pied ne glisse d’avant en arrière et permet donc de limiter les frottements et les échauffements. La pointure vient en second, en gardant à l’esprit qu’une chaussure légèrement trop grande pourra être portée avec une semelle, alors qu’une chaussure trop petite ne s’allongera pas vraiment. La matière, la semelle et la forme dépendront de l’environnement, du type de randonnée et du budget bien sûr. Pour vous aider à faire le bon choix, Camille a écrit ce guide pratique sur son blog l’Oiseau Rose.

SOS pieds mouillés

Votre ennemi, c’est ce qu’on appelle la maladie des pieds des tranchées (nommée ainsi pendant la première guerre mondiale) : Restée trop longtemps humide, la peau mal irriguée meurt et se détache par plaques, laissant le pied à vif. Bon, ok, c’est extrême, mais mieux vaut prévenir que guérir. Cela dit, sans vouloir vous effrayer, les prémices peuvent se faire sentir en une journée; alors si vos pieds sont fripés, prenez-en soin tout de suite.

Piha north (12)

Si vous transpirez (et vous allez transpirer), vos chaussures seront mouillées de l’intérieur. S’il pleut (ou que vous marchez dans la rosée du matin), vos chaussures seront mouillées de l’intérieur ET de l’extérieur. Dans tous les cas, le meilleur moyen de les sécher est de les aérer, les remplir de talc puis les bourrer de papier journal pour absorber l’humidité et les odeurs. Ca parait idiot, mais sortez quand même les semelles, et talquez-les séparément. N’étalez pas vos chaussettes mouillées sur les chaussures…ça ne fait qu’obstruer la matière qui doit respirer pour sécher.

Pareil pour les pieds : on talque, on laisse sécher, et si on a froid on couvre avec des chaussettes sèches.

Bobologie

Échauffements : c’est le stade pré-ampoule. Couvrez la zone avec une gaze et un sparadrap pour limiter les dégâts et calmer la douleur due au frottement.

Ampoules : si vous passez au travers, vous êtes cocus! L’idéal, c’est de mettre des pansements seconde peau sur les zones susceptibles de développer des ampoules. Mais si l’ampoule est déjà là, on la perce avec une aiguille désinfectée (brûlez la pointe), on la vide, et surtout on laisse la peau (qui protège la plaie). Option grand luxe, on pose une gaze dessus, pour l’effet molletonné.

Plaies : vous vous êtes ouvert en marchant sur un coquillage mutant? (nous n’insinuons pas que ledit coquillage a traversé la semelle de votre chaussure, mais plutôt que vous vous êtes déchaussé momentanément…) Désinfectez bien et couvrez avec un pansement pour continuer la marche. Aérez dès que possible. Nettoyez, désinfectez et changez le pansement très régulièrement.

Piqûres : ne grattez-pas. Sinon, reportez-vous au paragraphe sur les plaies ci-dessus. Il est conseillé d’anesthésier les piqûres avant de démarrer une marche, car la circulation sanguine va les activer. Si vous avez accès à des glaçons, c’est idéal. Sinon, une bonne pommade ou un stick à mini décharge électrique feront l’affaire.

Évitez de quitter vos chaussures avant d'être arrivé à destination. Les pieds gonflent, se rechausser est un challenge, et remarcher peut être extrêmement douloureux.
Évitez de quitter vos chaussures avant d’être arrivé à destination. Les pieds gonflent, se rechausser est un challenge, et remarcher peut être extrêmement douloureux.

Trousse de secours : basique ou élaborée?

Mieux vaut prévenir que guérir, c’est bien connu. Voyager avec une petite trousse de secours permet de respecter cette maxime. Veillez à adapter la trousse de secours à votre type de voyage ainsi qu’à la destination choisie. En amont, faites les vaccins nécessaires, ça vous évitera de sortir la trousse tous les deux jours!

Les basiques

– Compresses gazes : ces morceaux de coton tissés et stériles permettent d’essuyer la plaie, mettre de la pression dessus si nécessaire, nettoyer autour, etc . . .Tout contact avec une plaie se fait via la gaze.

– Moleskin : c’est une seconde peau pour les ampoules, dont l’application semble contre-intuitive, c’est normal. On la pose autour de l’ampoule et non dessus, en découpant un cercle troué en son centre. Elle permet de relâcher la pression sur l’ampoule en créant une couche supplémentaire de « peau » autour.

– Strips de suture : ils permettent de refermer une petite plaie profonde, en attendant éventuellement les points de suture (on est bien d’accord que si votre jambe est ouverte du genou à l’aine, les strips ne vous aideront en rien).

– Compresses antiseptiques imprégnées : alcool ou Bétadine : idéales pour désinfecter un petit bobo sans gaspiller, de la coupure superficielle à l’ampoule percée. Plus facile à transporter, la compresse remplace le spray.

IMG_3060
La trousse de secours version militaire

– Crème antiseptique (ex: Fucidine) : elle s’applique sur la plaie, pour éviter l’infection pendant la cicatrisation.

– Set de pansements : sans aller jusqu’au pansement spécifique pour le pouce ou le 4ème orteil, prévoyiez différentes tailles tout de même.

– Un rouleau de bandage : Il permet de maintenir un pansement en place, ou poser une attelle.

– Un petit rouleau de sparadrap : là aussi, pour maintenir une compresse ou réaliser un pansement fait à base de gaze.

– Une paire de petits ciseaux : c’est un indispensable de toute bonne trousse de secours qui se respecte!

– Comprimés antidouleurs : l’aspirine à croquer est pratique en voyage, car vous pourrez le prendre même sans accès à l’eau.

– Unidoses d’eau oxygénée : on la verse sur une plaie pour la nettoyer, avant de la désinfecter, pour sortir toutes les impuretés. On peut s’en servir seule, pour nettoyer une égratignure.

– Unidoses de solution ophtalmologique : elles servent à rincer l’œil (et non pas SE rincer l’œil) pour le débarrasser d’impuretés, ou l’humidifier s’il est trop sec.

– Médicaments sans prescription : on ne va pas citer de marques, mais pensez aux symptômes suivants en préparant votre trousse : douleurs, fièvre, maux de tête, diarrhée, nausée, rhume (rien de pire que de prendre l’avion avec les sinus congestionnés!)

Les extras

– Kit de suture : Tout petit, il comprend un set d’aiguilles, du fil de suture et des gants. Si vous allez dans un coin où les soins sont douteux ou limités, donnez-le au médecin ou à l’infirmier qui vous soigne, car s’ils sont compétents, ils n’ont malheureusement pas toujours à disposition du matériel stérilisé.

– Médicaments prescrits : antibiotique spécifique, traitement contre la malaria, pilule contraceptive . . .

– Couverture de survie : elle vous servira après un traumatisme quelconque, si vous restez longtemps dehors. Elle permet de maintenir la température corporelle d’une personne en état de choc en attendant les secours. C’est très léger, mais ça sauve des vies.

Voyager à la dure : trucs et astuces d’un militaire

Peu de corps de métiers ont dans leurs tâches quotidiennes de faire le maximum avec le minimum. Un mot: rustique. Si ce terme vous parle et que vous souhaitez vous challenger, que vous n’hésitez pas à vous mettre dans les situations les plus abracadabrantes, ces quelques trucs et astuces vus chez les militaires vous sortiront de l’embarras, ou rendront tout simplement votre voyage un tout petit peu plus supportable. On vous rassure, on vous la fait en mode camping, pas en mode commando.

– Sécher les chaussettes autour du cou : ça vous dégoûte? Ce n’est que le début! Cette zone du corps génère beaucoup de chaleur, et la forme du cou se prête bien à celle de vos chaussettes. Avec un peu de chance, l’odeur vous coupera l’appétit et vous ferez même des économies.

L'écorce (si elle est souple) est aussi un bon isolant
L’écorce (si elle est souple) est aussi un bon isolant

– S’isoler du froid du sol avec un tapis de feuilles : le sol sera toujours plus froid et plus humide que vous. Par conséquent si le sol est froid, vous aurez froid, même si la tente est chaude. Si vous n’avez pas de tapis de sol ultra isolant, étalez un tapis de feuilles le plus épais possible sous la tente, à l’endroit où vous comptez vous coucher. Si vous manquez de verdure, privilégiez le haut du corps.

– Marcher la braguette ouverte : ce conseil s’applique surtout aux hommes et non ce n’est pas de l’exhibitionnisme. C’est un système de climatisation comme un autre, qui permet par ailleurs d’éviter les échauffements entre les cuisses, terriblement douloureux.

– Utiliser un tampon pour faire du feu : ce conseil marche aussi bien pour les hommes que pour les femmes! Le tampon étant du coton compressé, il prend très bien feu. Inutile de préciser que ce dernier doit être sec, donc neuf, ahum.

– Préférer les mitaines aux gants : vous gardez la mobilité de vos 10 doigts. S’ils sont congelés, fermez le poing, car la main reste chaude. Au passage, les moufles sont à proscrire.

– Pierre d’Alun : entièrement naturelle, elle est anti-allergique, anti-irritation, anti-odeur, anti bactérien, bref, anti-tout (sauf peut-être anti-moustiques). On s’en sert surtout comme déodorant, mais les hommes peuvent aussi la passer sur une peau fraîchement rasée. C’est une trousse de toilette 4-en-1.

– Faire chauffer des boîtes de conserve et s’en servir comme bouillotte : tout est dans le titre. Quand on a vraiment froid, et qu’on a déjà tout enfilé, tout ce qui ne prend pas feu tient chaud.

– Booster le moral : parfois quand vous tentez de dépasser vos limites, des baisses de moral pointent le bout de leur nez. Focalisez-vous sur des petites taches, qui vous donneront l’impression d’accomplir des grands succès. Quelques exemples: soigner ses bobos, faire un feu, construire un abri, sécher ses chaussettes (et dire cette phrase 10 fois très rapidement).

Fiches astuces : l’intro

Dans ces fiches, nous partageons nos expériences, en vous proposant de faire avec les moyens du bord. Parfois, certains achats nous semblent incontournables, mais de manière générale, nous n’encourageons pas les virées shopping coûteuses. Pour tous ceux qui souhaitent s’équiper en magasin spécialisé des pieds à la tête, vous trouverez en boutique des conseillers ravis de vous venir en aide. Enfin, si vous doutez de l’efficacité de ces quelques conseils, nous ne pouvons que vous assurer que pour nous, ils ont fait leurs preuves ;-) Nous sommes des voyageurs certes aguerris mais amateurs, et ne prétendons pas remplacer les avis professionnels. Scout toujours!

IMG_1146