La quête du nid – 2 –

Suite…et fin!
Aussi délectable qu’auraient pu être mes critiques acerbes des propriétaires acariâtres, je vais m’arrêter là, non sans compenser par une très bonne nouvelle. Vous l’aurez deviné, la quête a abouti, le graal est à notre portée, je dirais même plus, petit à petit l’oiseau fait son NID! La base nous avons, ne reste plus qu’à le remplir, ce nid. Et c’est là qu’on préférerait franchement pouvoir la jouer aussi simple qu’un gentil couple de zozios. Entasser brindilles, plumes et feuilles mortes dans un coin et hop, call it a bed!
Mais revenons-en à la première étape, et je ne peux que faire l’éloge des agences immobilières, qui certes volent l’équivalent d’un loyer en commission, mais permettent de visiter seul, plusieurs fois si nécessaire (si vous vous dépêchez tout de même, premier arrivé premier servi), prennent le temps de comprendre le dossier et même…donnent une chance à un dossier bancal (si si, sans quoi cet article n’existerait pas).
Il faut du temps, et de l’argent pour faire face aux propriétaires. Et comme je manque des deux, je suis bien contente d’avoir vite quitté le monde impitoyable de la recherche de logement.
Et là je vous entends d’ici: « bon, ça va, on s’en fout…et alors il ressemble à quoi cet appart’?? »
Il est grand (pour un studio), sauf la cuisine, qui n’a d’américaine que le bar ouvert sur la salle principale. Mais surtout, il est au dernier étage, ce qui, après mon expérience forte enrichissante avec une famille de roumains au-dessus, était un critère dé-ter-mi-nant. Il donne plein sud, ce qui veut dire que quand je regarde par mes fenêtres, je vois d’abord une cour intérieure verdoyante, des toits (mais pas de vis à vis), une des tours du château de Vincennes (excusez du peu) et par temps clair mon nid de naissance, ce qui, pour un pipiou méditerranéen, et pri-mor-dial.
Le moment est enfin venu pour moi de rassembler mes affaires, savamment éparpillées aux quatre coins de la France ces (presque) trois dernières années. Welcome back les 150kg montréalais, bienvenue aussi à la cantine d’Angers, aux bricoles laissées à Nice, aux tenues d’été laissées au Maroc…il y a fort à parier que j’organiserai bientôt une vente de garage-valises VIP! Laissez-moi vos coordonnées si vous souhaitez  participer à l’avant-première ;-)
« Je vous laisse la cravate rayée et la raquette de tennis en caution. »

2 réponses sur “La quête du nid – 2 –”

  1. Bravo Copine! Je suis trop contente pour toi! Enfin un épisode de ta vie que tu vas pouvoir clôturer pour ouvrir un nouveau chapitre! Et oui, je suis d'humeur lyrique ;)
    Et bien sûr, je suis sur la liste pour le « vide garage »!!!
    Des bzous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge