Petites histoires de grand Paris

L’origine des mots me fascine depuis toujours. (Attention, c’est le quart d’heure intello). Je ne connais pas mes leçons de latin et de grec ancien sur le bout des doigts, mais je me pose toujours de nombreuses questions étymologiques! D’ailleurs je sais rarement où m’arrêter (« et planetus, ça vient d’où? » Du grec. « Oui mais avant? » On s’en fout, avant y’avait personne pour le dire!). A travers l’histoire de Paris et au rythme des stations de métro, Métronome fourmille d’anecdotes comme je les aime. J’ai retenu les plus amusantes, ou surprenantes. Et si je les partage aujourd’hui, c’est que j’ai envie d’étaler ma culture, bien sûr! Non, c’est surtout parce qu’un des meilleurs moyens de se souvenir des choses, c’est encore de se les approprier.

Cet article s’adresse à:
– ceux qui connaissent mal la capitale;
– ceux qui souhaitent compléter la série TV, réalisée avec des effets spéciaux plus ou moins réussis…(plutôt moins que plus d’ailleurs…budget serré chez France 5, je veux bien, mais la RATP…);
– ceux qui, bien sûr, n’ont pas lu le livre (parce que pour les ex-lecteurs, je vais certes vous servir de piqûre de rappel, mais je ne prétends pas raconter ces histoires mieux que Lorànt Deutsch);
– ceux qui hésitaient à lire le livre et cherchaient encore une raison;
– ceux qui sont amoureux de la VILLE de Paris (je précise) et son histoire;
– ceux qui n’en ont rien à cirer mais qui ont envie de me lire…et à vous, je vous fais une bise sur chaque joue!
Pour la petite histoire, je suis entrée en possession de ce livre au Brésil. C’est un des rares ouvrages (voire le seul?) en langue française que mon beau-frère a trouvé, grâce à ce fameux système de troc que pratiquent les voyageurs. Et ce n’est pas n’importe quelle version! C’est une édition France Loisirs dédicacée par l’auteur, s’il vous plaît!
Saviez-vous, donc, que Lutèce la belle tire son nom de Lutum, qui veut dire boue? Le peuple celte qui s’y établit, les kwarisii, travaillent dans les carrières (quarry)…Résumons. Paris est un marais décentré, et ses habitants sont des tailleurs de pierre. Ah ça vous en bouche un coin les parisiens!
Attention…question…TOP! Je vois passer plus de 8 millions de visiteurs par an. Avant de servir de résidence à des milliers d’œuvres, j’ai été forteresse, donjon, résidence royale, ou encore bibliothèque. Restauré à la renaissance, j’ai été plus tard agrandi par un empereur, qui a laissé ses initiales sur certaines de mes façades. Je tiens mon nom des premiers francs qui m’ont bâti, sur la rive droite de la Seine. Aujourd’hui mon sous-sol abrite un géant de l’informatique, qui volerait presque la vedette à mon hôte la plus célèbre, au sourire indéfinissable. Je suis…je suis…!!! (à vos commentaires ;-)

Je ne sais pas vous, mais moi, fût un temps où ça m’avait quand même grandement perturbée cette histoire de culotte à l’envers! Vous ne voyez pas de quoi je parle? Dagobert n’a pas pu mettre sa culotte à l’envers, puisque la culotte n’existait pas à son époque (et voilà, encore une vérité d’enfant qui vole en éclats!) et maintenant, je suis encore plus perturbée…(ah bon, y z’avaient pas de culotte?)
Bon je vous passe l’arbre généalogique des rois de France, de toute façon ce n’est pas compliqué, suffit de prendre Jean, Charles ou Louis, et de rajouter soit un adjectif, soit un chiffre. Le grand, le beau, le chauve, le bon, la brute et le truand…Parfois les Louis se sont amusés à sauter des numéros, attentions aux impairs!
Après, il y aussi les anecdotes plus classiques, comme le fait que Montmartre n’est autre que le Mont des martyres (quand même, il est mégalo Saint Denis, parce qu’à part lui, personne n’a eu de soucis sur cette montagne), que Saint Germain des Prés se nomme ainsi parce qu’il y avait des prés dans le coin…oui, c’est tout bête, vraiment.
On doit beaucoup au Roi Soleil. C’est lui qui le premier a voulu aérer Paris, en perçant des avenues. D’ailleurs il ne l’a pas fait pour embellir la ville mais pour la fragiliser (une sorte de vieille rancune, demandez à Anne d’Autriche). Pour rendre la balade agréable, des arbres ont été plantés au bord. Et les gens ont appelé ça les boules vertes, devenus boulevards (avec le temps va tout s’en va…)
Attention…question…TOP! J’ai vu rouler les têtes de Louis XVI et Marie Antoinette, avant d’être foulée par les fans de l’UMP. Je n’ai aucun rapport avec l’avion supersonique qui s’est crashé à Gonesse en 2000, bien que nous portions aujourd’hui le même nom. Je suis…je suis……La place de la Concorde, en opposition à la discorde, ce qui est amusant quand on sait que je m’appelais jadis place de la révolution. Croix-vé-bâton et Mary-A doivent se retourner dans leur tombe.



2 réponses sur “Petites histoires de grand Paris”

  1. Sandy, je te l'avoue, j'en avait rien à cirer des explications soporifiques de Laurent D. sur notre capitale. Donc, tu l'as surement deviné, ce qui m'a appâté c'est évidemment le bisou (sur les deux joues j'insiste pour Steph) que tu propose après lecture.
    J'ai lu ! Je te laisse donc mes disponibilités, mon numéro, mes mensurations, mes notes au bac et mon taux de cholestérol…
    Bon, tout ça pour dire que j'adore votre blog, que je dévore d'autant plus avidement que je le lis en retard (les habitudes sont tenaces).

  2. méga MDR ! Et je vote pour le… Louvre ! Ok, j'avoue, j'avais trouvé avant de lire le détail sur le sourire indéfinissable, mais avec celui-là, c'était impossible de ne pas trouver ! Désolée pour ceux qui cherchaient fiévreusement la réponse, il va falloir ronger un autre os ;)
    merci le Jow pour ces éclats de rire et « à mort Louis Croix Vé Baton ! » (je ne dis pas du tout ça parce qu'on est en période électorale…)

Répondre à Mehdi Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge