Les nuits montréalaises

La Saint Jean

Mardi 24 juin nous avons fêté la Saint Jean, comme tout bon québécois (même temporaire) qui se respecte. Beaucoup de drapeaux bleu et blanc, beaucoup de fleurs de lys…ne manquait que le rouge pour qu’on soit comme à la maison! Nous sommes allés boire un verre à La Grande Terrasse sur la place Jacques Cartier (explorateur français qui dessina les contours du golfe du St Laurent, entre autre).

Peu importe les attractions que propose la ville, le plus intéressant reste de déambuler. Je crois qu’à Montréal les gens passent l’été à s’émerveiller qu’il y ait une ville si agréable sous la neige. C’est ce qui rend le contraste des saisons si saisissant!

***

Le Festival du Jazz

Le festival international du jazz a démarré hier. On ne s’attendait pas à une telle entreprise! Je me serais crue au festival de Cannes, sans la mer et sans les films. Mais je parie qu’ils commandent leurs chapiteau et guirlandes au même fournisseur. L’ambiance est très agréable, des scènes ont émergé partout dans le centre ville. Beaucoup d’artistes sont présents, pour l’instant on a entendu de tout sauf du jazz, mais à refaire, et à re-refaire même :-)

Mon festichat préféré...il y en a plein tout au long du parcours qui mène aux différentes scènes.
Mon festichat préféré…il y en a plein tout au long du parcours qui mène aux différentes scènes.
Au fond, la scène principale, sur laquelle se jouait l'hommage à Leonard Cohen pour l'ouverture du festival. Une vidéo du chanteur interprétant son Alleluia était projetée sur les façades des buildings, et un frisson d'émotion a parcouru l'assemblée. Je le sais, je l'ai senti aussi.
Au fond, la scène principale, sur laquelle se jouait l’hommage à Leonard Cohen pour l’ouverture du festival. Une vidéo du chanteur interprétant son Alleluia était projetée sur les façades des buildings, et un frisson d’émotion a parcouru l’assemblée. Je le sais, je l’ai senti aussi.

J’ai suivi mon propre conseil. Le festival du jazz, on l’a refait et re-refait. Comme en témoignent les photos, l’ambiance est toujours aussi chaleureuse. On a vu Martha High, Guy Bélanger, Kali Live Dub, Idy Oulo, No Jazz, Bran Van 3000, Seckou Keita et Ekotones…autrement dit de la soul, du blues, de l’electro, de la musique du monde, du ragga dub, du rock…mais toujours pas de JAZZ!
Alors j’ai juste une question…Pourquoi appelle t-on ce festival celui du jazz? Et comme j’ai tendance à faire les réponses…je dirais que c’est parce que le « jazz », de nos jours, définit un style très particulier de musique réservée aux oreilles aguéries, patientes, et quelque peu en quête de cacophonie organisée…Ce que je viens de vous décrire ne vend pas. Or les sponsors sont bien là, de General Motors à Heineken en passant par Bell et Loto-Québec.
Au final tout le monde est content, parce que même moi qui suis capable d’ingurgiter du jazz, je n’y serais sûrement pas retournée un soir sur deux si ça avait été pour n’écouter que des pincements de corde et des cris de trompette.
Notre plus beau souvenir reste le concert de Seckou Keita (ci-dessous).

Seckou Keita, quintet international! Le chanteur est sénégalais, la chanteuse et le percussionniste sont gambiens , le violoniste est égyptien et le bassiste est italien! Musique africaine mélodieuse et entraînante, une très belle joie de vivre contagieuse!
Seckou Keita, quintet international! Le chanteur est sénégalais, la chanteuse et le percussionniste sont gambiens , le violoniste est égyptien et le bassiste est italien!
Musique africaine mélodieuse et entraînante, une très belle joie de vivre contagieuse!
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Concert de Martha High and the Shaolin Temple Defenders. Elle, c’est une ex- James Brownette. Eux, ils ne sont pas bridé, comme nous le laisse entendre leur nom de groupe. Ils sont bordelais.
Je ris, parce qu'il fait beau et qu'il y a de la bonne musique. Je ris, parce qu'on vient de boire un délicieux muscat. Mais je ris surtout parce qu'on a bien galéré pour prendre cette photo en pleine foule sans qu'apparaisse la tête de quelqu'un d'autre à ma place.
Je ris, parce qu’il fait beau et qu’il y a de la bonne musique. Je ris, parce qu’on vient de boire un délicieux muscat. Mais je ris surtout parce qu’on a bien galéré pour prendre cette photo en pleine foule sans qu’apparaisse la tête de quelqu’un d’autre à ma place.

***

Feux d’artifice

Le festival international des feux d’artifices tirés de La Ronde a été l’occasion d’une belle balade au vieux port et au bassin Bonsecours. On a regardé les feux depuis une passerelle entre les quais, parallèle au St Laurent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA