Ex 2014 – Quasi 2015

Le Calendrimages 2014

Difficile – et douloureux – de réaliser ce Calendrimages (d’où les 2 mois de retard) car mon disque dur est mort, et avec lui 2 ans de sauvegarde photo, 2013 et les 8 premiers mois de 2014…Après mûre reflexion j’ai eu envie de continuer la tradition, mais je suis encore en deuil. Pour les photos de janvier à août, j’ai donc dû m’appuyer sur des clichés récupérés sur Facebook ou Instragram (vive les réseaux sociaux…) d’où le cruel manque de choix et la qualité qui laisse parfois à désirer. BREF, clean slate, tournons la page, et accueillons 2015 à bras ouverts, car l’année promet d’être une fois de plus remplie de surprises.

.

JANVIER – Un court séjour professionnel m’a permis de découvrir Manchester sous un soleil éclatant, mais à part ça c’est un début d’année résolument londonien et chargé en boulot. Janvier est aussi le mois de ma deuxième opération oculaire, un moment désagréable à passer, enrobé par les quelques jours passés à Paris chez les amis pour l’occasion.

1517388_10152191553620953_489003223_n

FÉVRIER – On est toujours en Angleterre sur cette photo, et vous remarquez qu’il fait encore (et toujours) beau. Par contre à l’heure où j’écris ces lignes, le ciel londonien nous déverse toute la pluie qu’il a gardé en 2014! Mais revenons au cliché. C’est le Shaftesbury Theatre, où nous sommes allés voir la comédie musicale From Here to Eternity. Un très bon moment.

1622277_10152259021300953_1951768626_n

MARS – Une pause bien méritée dans mon sud, plus précisément à Antibes. S&S entame les préparatifs de l’Opération Fingers Crossed, avec un compte à rebours de 6 mois pile. En 3 jours, on obtient une date à la mairie, on signe un contrat chez le notaire, on réserve une salle dans le Var et on prend contact avec l’église. Les fondations sont posées.

1800194_10152286953815953_142879617_n

AVRIL – Retour à Londres, engloutie par une vie professionnelle enrichissante et prenante. De formations en séminaires, j’atterris une journée dans les locaux d’Olswang au dernier étage d’une tour au nord de La City. Un panorama très inspirant pour une session de formation juridique rondement menée. Il y aura aussi un bref passage à Paris pour les 30 ans d’une amie.

10003199_10152349482640953_3579296797089890491_n

MAI – La saison des BBQ, squats dans le parc et autres festivités est ouverte. On fait un crochet dominical à Brighton. Certes c’est une bouffée d’air marin à moins d’1h30 de Londres. Et on peut y manger des fruits de mer en cornet (j’en ai usé et abusé). Mais ça reste TRÈS touristique, bondé et du coup un peu dénué de charme. Le vieil adage dit aussi qu’en mai, on fait ce qui nous plait…et bien moi j’avais envie de piloter un hélicoptère, check (expérience extraordinaire).

JUIN – Enfin mon deuxième Pop in the City. Ma première édition de ce raid urbain féminin avait eu lieu à Aix en octobre 2013. Pour celui-ci, j’ai signé avec ma copine Choca, et on a rejoint plus de 300 participantes à Utrecht, aux Pays Bas. Didjeridoo, confection de couronnes de fleurs, préparation de gaufres et canoë sur les canaux…on a relevé 10 challenges et on s’est régalées. Juin a aussi été le mois de mon (génial) EVJF, donc spéciale dédicace aux 9 poulettes de choc qui ont organisé cette fabuleuse journée parisienne remplie de surprises et d’émotions.

10394460_10152517727595953_2758269374669845748_n

JUILLET – Foot, apéros, foot, restos, foot, pub, foot, parc. C’est la coupe du monde, et ça nous emballe. A part ça? Je vais en Irlande pour réaliser la partie fun du wedding planning, les DIY déco, avec une grande aide maternelle. Et comme vous pouvez le constater, le soleil est de la partie. C’est juillet, c’est l’été, il fait beau et je me marie dans 2 mois. On pourrait croire à un semblant de perfection, c’est sans compter sur le départ de l’homme pour la République Centrafricaine, contrat de 2 ans oblige. Ouch.

10502429_10152542668770953_2797617448467296156_n

AOÛT – Un dernier AR azuréen avant D-day. Peaufinage de la déco, rendez-vous prestataires, avec cette fois une grande aide paternelle. On trouve quand même le temps de glandouiller sur la plage quelques heures. D’une ça fait partie de mes obligations (ben oui, pour le teint, ohhh) et de deux, n’est pas antibois qui veut, la plage est un passage rituel. L’ignorer c’est renier ses origines, et dans ce cas autant se marier dans la Creuze (ce qui est sûrement très sympa d’ailleurs, mais sans la plage, vous me l’accorderez).

10553341_10152608311970953_7564876126002833846_n

SEPTEMBRE – Ca y est, on a dit oui, c’était magique. C’était dur aussi, parce que l’homme est reparti dans sa jungle 48h après. Du coup ni une ni deux, j’ai pris mon autre partner in crime sous le bras et on est allées affronter les challenges de Pop in the City une nouvelle fois, à Porto. On a combattu des poulpes, dessiné des azuleijos, préparé et dégusté une francesinha, pagayé une portion du Douro…11 challenges au total, et encore plein de souvenirs fabuleux.

IMG_9501

OCTOBRE – A peine un mois après Pop in Porto, on a remis ça à Nice! On ne nous arrête plus…cette fois on est arrivées 10ème au classement avec 16 challenges, fières, épuisées et ravies. A la fin du mois, avec moins de 48h de notice pour prendre mon vol, je suis allée retrouver l’homme en Centrafrique. Un voyage hors du temps, pendant lequel j’ai pu observer des éléphants de forêt et un groupe de gorilles des plaines. Et puis il y a Maurice bien sûr, le petit singe qui a été récupéré sur un marché.

IMG_9921

NOVEMBRE – Les premiers jours, je suis toujours en RCA, profitant des apéros au bord de la Sangha et me faisant dévorer par tout insecte digne de ce nom. J’irai aussi passer un week-end à Paris pour faire le plein de copains (une délicieuse parenthèse). La photo a été prise au niveau de la placette qui surplombe le parc de Belleville, et les colonnes sont habillées par le street-artist Seth.

IMG_0530

DÉCEMBRE – Je n’attends pas 2015 pour les nouvelles résolutions et me lance dans un challenge de yoga Bikram (20 sessions en 30 jours). Pour les fêtes de fin d’année, on s’inspire de 2013, on prend les mêmes et on recommence. Noël à Casablanca, Nouvel An à Kilmore en Irlande. Entre les deux, on livre – à nouveau – une chienne d’un pays à l’autre, avec une escale éclair à Paris. Pendant ces deux semaines je m’acharne à être malade, j’enchaîne tout jusqu’à être HS, game over. Mais ça c’est une autre histoire qui commence… ;)

sentier
© Nicolas Cabrol

.

BILAN – On pourrait penser que 2014 était une année plus – comment dire – traditionnelle, car basée entièrement à Londres, avec un boulot fixe et seulement un déménagement intra-London! Mais avec 3 Pop In the City, un mariage et un voyage en RCA, on peut aussi dire qu’on a sacrément « pimpé » 2014.

Londres d’un doute

C’est toujours très difficile de résumer les deux premiers mois d’une installation, parce que ce sont souvent les plus intenses. Tout redémarrer, partir de zéro, je commence à connaître. La première fois que S&S a évoqué Londres comme habitat en 2011, on est venu passer quelques jours chez une amie, et j’ai beaucoup aimé l’atmosphère un peu folle de la ville. Le projet s’est concrétisé pendant que nous vivions en Nouvelle-Zélande, loin de tout et à l’opposé de cette ambiance de capitale pressée. Quelques mois avant l’installation, ce projet londonien a commencé à me faire un peu peur. Je n’étais plus très sûre d’avoir l’énergie nécessaire pour me battre dans la fosse citadine. Mais au final c’est un nouveau challenge et vu sous cet angle, il ne me reste plus qu’à le relever.

Tower Bridge, littéralement à 3 minutes à pied de chez nous
Tower Bridge, littéralement à 3 minutes à pied de chez nous

D’abord, l’appartement. J’adorerais dire que les gens ont tort, mais non, tout le monde avait raison. Londres est incroyablement cher et Londres est incroyablement étendu. Il ne suffit pas vraiment de choisir le coin où on aimerait habiter parce que si par malheur on se retrouve à bosser à l’opposé, on risque de perdre plus de 2h dans les transports quotidiennement. On s’est mis en quête d’une colocation, avec dans l’idée une grande maison pleine de gens sympas qui cuisinent ensemble de temps en temps, se crient des blagues entre deux portes et descendent boire des pintes au pub du coin. Au lieu de quoi TOUT ce qu’on a trouvé (sans exception) sont des « fausses » colocations, organisées par une tiers personne qui n’habite pas l’appartement. Résultat, on habite avec deux charmants courants d’air. Je les vois si peu qu’il m’a fallu deux semaines pour retenir un prénom. Mais l’appartement est idéalement situé (Tower Bridge), juste à côté de Saint Katharine Docks. On voit même les mâts des bateaux se balancer depuis la fenêtre de la cuisine. Et puis c’est confortable, lumineux, notre chambre donne sur un parc et on a même un balcon avec barbecue (oui oui on grillera des saucisses cet hiver, même quand il fera nuit à 15h30).

St Katharine Docks
St Katharine Docks

Au final, on a cherché deux semaines, visité 5 appartements, dont 4 taudis, et un qu’on aurait bien pris mais où on nous a dit que finalement, un couple, ça n’allait pas le faire (merci de nous avoir fait perdre 2h30 et £7 de transport).

Avec notre appart’ actuel, on a vraiment cru au canular. Un pseudo agent européen de l’Est et une administratrice chinoise qui demande à être payée en euros sur un compte en Suisse…ça vous inspire, vous? Comme Steph est étudiant et que j’étais sans emploi, on a du payer 6 mois de loyer en avance. Heureusement que la bohémienne que je suis avait un cochon à casser! Du coup on a quand même été très soulagé d’avoir les clés et de poser nos valises. Maintenant on est tranquille jusqu’en avril, et c’est à moi qu’on paye le loyer tous les mois.

Londres et son Shard
Londres et son Shard